Etude des liens entre cancer et environnement

Ces recherches sont réalisées en collaboration avec l’INSERM de Bordeaux et les universités de Liverpool (Grande-Bretagne), d’Ulster (Grande-Bretagne), d’Orebro (Suède) et de Boston (Etats-Unis).

1. Travaux effectués en collaboration avec des équipes nord-américaines (Boston et Chicago), suédoises, anglaises et françaises

Plusieurs articles ont été publiés en 2007, notamment :

Belpomme D., Irigaray P., Newby J.A., Howard V., Clapp R., Sasco A.J., Hardell L. The growing incidence of cancer: role of lifestyle and screening detection. Int J Oncol. 2007, 30, 1037-1049.
Cette publication est une synthèse de la littérature scientifique actuelle analysant les causes de l’augmentation du nombre de cancers dans les pays industrialisés depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. L’analyse montre tout d’abord que l’augmentation de l’espérance de vie ainsi que les progrès réalisés en matière de dépistage ne peuvent expliquer à eux seuls la progression des cas de cancer dans les pays industrialisés. De plus, en analysant les « facteurs du mode de vie » qui caractérisent nos sociétés, c’est-à-dire le tabagisme, la consommation d’alcool, l’alimentation, le surpoids et la sédentarité, etc., les connaissances scientifiques actuelles montrent que seule la fumée de tabac est directement en cause dans l’apparition d’un cancer. Les autres facteurs ne sont que des « co-facteurs », ce qui signifient qu’ils ne provoquent pas à eux seuls des cancers, mais augmentent les effets d’agents directement cancérigènes. L’étude avance ensuite plusieurs arguments : la diminution de la consommation de tabac et d’alcool depuis ces 30 dernières années ; l’accumulation, depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, de nombreuses substances cancérigènes dans l’environnement liée aux activités humaines ; le fait que toutes les classes d’âge sont concernées par cette augmentation, notamment les enfants ; etc. L’analyse conclut que les facteurs environnementaux jouent un rôle majeur dans l’accroissement des cas de cancers dans nos pays. Le rôle de l’environnement est supérieur à celui des facteurs du mode de vie, ainsi que de la génétique, les cancers purement héréditaires ne représentant que moins de 1% du total.

Irigaray P., Newby J.A., Clapp R., Hardell L., Howard V., Montagnier L., Epstein S.S., Belpomme D. Lifestyle-related factors and environmental agents causing cancer: An overview. Biomed Pharmacother. 2007 Dec;61(10):640-658.
"Lifestyle-related factors and environmental agents causing cancer: An overview" dresse un état des lieux des facteurs de risque des cancers liés, d'une part, aux modes de vie (tabagisme, alcoolisme, régime alimentaire) et d'autre part, à l'environnement (virus, radiation, pollution chimique par les pesticides, dioxines, hydrocarbures aromatiques et autres carcinogènes). Durant ces dernières décennies, on a constaté une réduction significative de la consommation de tabac et d'alcool, alors que simultanément on a observé l'augmentation du nombre de cancers dans l'ensemble de la population, y compris chez les personnes non-obèses et chez les sujets jeunes. En outre, la contamination de l'environnement par de nombreux agents cancérigènes s'est accrue. Il a été démontré que certaines substances CMR (cancérigènes, mutagènes et/ou reprotoxiques) passent la barrière placentaire et peuvent donc contaminer le fœtus, ce qui peut avoir un impact sur la santé du futur adulte. La responsabilité des facteurs environnementaux dans l'accroissement de l'incidence de certains cancers est par conséquent beaucoup plus importante que ce qui est communément admis. Les facteurs environnementaux regroupent de nombreux agents reconnus comme cancérigènes, notamment présents dans l'air extérieur (particules, HAP, etc.), l'air intérieur (formaldéhyde, benzène, biocides à usage domestique, etc.) ou l'alimentation (additifs alimentaires, nitrates, pesticides, dioxines et autres organochlorés).


Belpomme D., Irigaray P., Hardell L., Montagnier L., Epstein S.S., Clapp R., Sasco A.J. The multitude and diversity of exogenous carcinogens. Environ. Research, 105 (2007) 414–429.
Ces chercheurs montrent qu’en plus des facteurs liés au mode de vie (tabac, alcool, déséquilibres alimentaires), certains facteurs environnementaux liés à la pollution permettent d’expliquer l’augmentation actuelle de l’incidence des cancers. Différents facteurs environnementaux dits «exogènes» classés certainement ou potentiellement cancérigènes par le Centre International de Recherche sur le Cancer sont analysés dans le nouvel article : les microorganismes (virus), les radiations (radioactivité, UV et ondes électromagnétiques pulsées) et les produits chimiques. L’importance de ces derniers dans l’incidence actuelle des cancers est majeure, étant donné le rôle qu’ils jouent dans les cancers professionnels. Les produits chimiques proviennent de la pollution atmosphérique (particules carbonées associées à des hydrocarbures aromatiques polycycliques), de la pollution de l’air intérieur (formaldéhyde et composés organiques volatiles tels que benzène et 1,3 butadiène) et de la pollution alimentaire (additifs alimentaires et autres contaminants cancérigènes tels que nitrates, pesticides, dioxines et autres organochlorés). Les métaux cancérigènes, les produits pharmaceutiques et les cosmétiques pourraient aussi jouer un rôle important. Bien que la fraction de risque attribuable aux facteurs environnementaux est encore inconnue, cette longue liste de facteurs cancérigènes, et en particulier mutagènes, confirme la thèse selon laquelle de nombreux cancers sont causés par les modifications récentes de notre environnement.

Irigaray P., Newby J.A., Lacomme S., Belpomme D. Overweight/obesity and cancer genesis: More than a biological link. Biomed Pharmacother. 2007 Dec;61(10):665-678.
Dans "Overweight/obesity and cancer genesis: More than a biological link" les chercheurs de l'ARTAC analysent la capacité de certains types de polluants (comme le benzo[a]pyrene) à favoriser l'obésité ou le surpoids. Parallèlement, ils étudient les liens entre cancer et obésité, et le rôle des tissus graisseux dans le stockage de substances chimiques cancérigènes, aussi bien chez les personnes obèses que non-obèses. La pollution chimique pourrait ainsi favoriser à la fois l'obésité et le cancer.

Belpomme D. Cancer and the environment: Facts, figures, methods and misinterpretations. Editorial. Biomed Pharmacother. 2007 Dec;61(10): 611-613.
Le Pr Belpomme a coordonné un numéro spécial de Biomedecine and Pharmacotherapy sur le thème "Cancer et environnement".

2. Autres travaux

2.1. Etude des cancers du corps thyroïde en Corse
Une thèse a été effectuée sous la direction de l'ARTAC:
Fauconnier S. Etude de 201 cas de cancers de la thyroïde en Corse entre 1985 et 2006. Thèse pour le diplôme d'état de docteur en médecine. Université de Paris 5 René Descartes. Paris. 2006. 88p.

2.2. Etude des conséquences sanitaires des champs électromagnétiques pulsés (REMP)
Belpomme D., Irigaray P., Hardell L. Electromagnetic fields as cancer-causing agents. Environ. Research, 107 (2008) 289–290.
Cette étude devrait se poursuivre par des investigations d'imagerie dynamique chez les sujets électrosensibles.

2.3. Etude de l'origine des cancers de la prostate aux Antilles françaises
Belpomme D. et al. Prostate cancer as an environmental disease: an ecological study in the French Caribbean islands, Guadeloupe and Martinique. Int J Oncol. 2009.. 34(4):1037-1044.

Belpomme D. et al. Addendum: The growing incidence of prostate cancer in the French Caribbean islands, Martinique and Guadeloupe: A possible causal role of pesticides. Int J Oncol. 2009. 35(2):433.

Landau-Ossondo M. et al. Why pesticides could be a common cause of prostate and breast cancers in the French Caribbean Island, Martinique. An overview on key mechanisms of pesticide-induced cancer. Biomed Pharmacother. 2009 Jun 12. 37-44.


2.4. Etude des carcinogènes exogènes par rapport aux carcinogènes endogènes
Irigaray P, Belpomme D. Mechanism of Environmental Carcinogenesis. In Encyclopedia of Environmental Health, Elsevier, scheduled for publication in 2009. (Invited Authors)

2.5. Classement des carcinogènes polaires en fonctions de leur électrophilie (en collaboration avec l'Institut Max Planck de Munich)

Haut du site
Close blockOpen block

Nos contacts

Coordonnées de l'ARTAC :

ARTAC
57/59 rue de la Convention
75015 PARIS
FRANCE

Le présent module de cette formation portera l’approche clinique de quelques pathologies et le rôle de l’environnement dans leur déclenchement.

 

Jours et Lieu de formation
L’enseignement de ce module sera dispensé sur 2 jours, à savoir les 19 et 20 mai 2017, et aura lieu à Paris, au Centre Universitaire des Saints-Pères, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, salle WATSON (2ème étage).


Horaires : de 9h00 à 17h30

Participants
Le cours s’adresse aux docteurs en médecine, docteurs en pharmacie et docteurs vétérinaires, aux détenteurs d’une maîtrise ou d’un doctorat en sciences (ou équivalents) et aux étudiants de troisième cycle de sciences.
Programme

  • Formation en médecine environnementale : 9ème session les 19 et 20 Mai 2017